Yema Pearldiver

Très inspirée de la célèbre Navygraf II des années soixante-dix, cette nouvelle montre de plongée baptisée Pearldiver est animée par le mouvement calibre Yema2000 récemment créé de toutes pièces dans les ateliers de Morteau. Une future icône…

Depuis 2011 et l’apparition du mouvement Yema1000, la marque horlogère n’a cessé ses travaux de R&D pour l’améliorer et aboutir à ces nouveaux calibres que sont le Yema2000 et le Yema3000 GMT. C’est donc la version mécanique à remontage automatique Yema2000 que l’on trouve au cœur de la Pearldiver dessinée en collaboration avec Marin Ravenel via la plateforme collaborative Yema Colabs. Le style est résolument typé seventies avec le cadran dénué de chiffre et parfaitement symétrique, sans date et surmonté d’un verre Hésalite Superdôme qui présente l’avantage d’être très léger malgré son épaisseur. Il est également moins sujet aux reflets et peut être poli très facilement. La lunette unidirectionnelle dessinée par Marin Ravenel est très dépouillée et la couronne surdimensionnée Big Crown rappelle celle des montres de plongée des années cinquante avec le Y sculpté. Les aiguilles en PVD ainsi que les index sont recouverts d’un traitement Super-Luminova pour accroître la lisibilité dans l’obscurité. De jour, ce revêtement prend une teinte crème très vintage qui contraste avec la couleur blanche de la trotteuse style lollipop.

Ces hommages multiples à l’histoire de la marque cachent une montre résolument moderne qui se porte aussi bien avec un costume que sur une combinaison de plongée grâce à son bracelet acier doté d’une extension sur la boucle déployante. La boîte dispose d’un fond en acier frappé en relief du blason historique de la marque car Yema est depuis toujours fidèle aux grandes dates et aux grands hommes qui jalonnent la vie de l’entreprise de Morteau. D’abord au poignet de Mario Andretti en F1 en 1966 puis à celui de Jean-Loup Chrétien en 1982 pour son premier voyage dans l’espace. Il sera suivi en 1985 par Patrick Baudry avec la Spationaute II, puis retour de Jean-Loup Chrétien à bord de la station orbitale MIR en 1988 avec la version Spationaute III. L’aventure est aussi dans l’ADN de la marque française puisqu’elle a accompagné Jean-Louis Etienne au Pôle Nord ou encore Nicolas Hulot au même endroit mais en ULM avec la montre Odyssée.
La Yema Pearldiver est sans aucun doute une version Collector qui devrait séduire les amateurs du fabriqué en France autant par l’originalité de son design que par le mouvement développé en interne et son prix très attractif.

www.yema.com

Partagez cet article :