Les Jouets français, c’est à nous de jouer ! (chapitre 1)

Photo Vilac.

Noël approche alors que nous sommes en pleine crise sanitaire. Une situation inextricable entre la nécessité de vendre et l’obligation de fermer les magasins. C’est une catastrophe pour le jouet français qui, aujourd’hui plus qu’avant, a besoin de nous tous pour s’en sortir. Alors pour vous aider à trouver votre bonheur, nous vous proposons d’aller à la rencontre de ces fabricants en trois chapitres en commençant par les jouets pour les plus petits.

Nous sommes dans une situation qui ne convient à personne et encore moins aux fabricants français de jouets. Beaucoup comptaient sur les ventes via la grande distribution dont certaines enseignes proposent pratiquement 50 % de leur catalogue en made in France. Fermées ! Nombreux sont les fabricants s’appuyant sur les grandes enseignes de vente de jouets. Fermées ! D’autres ne peuvent vendre qu’à travers un réseau de petits magasins spécialisés dans le jouet éthique. Fermés ! Reste quoi alors ? La solution de facilité en allant sur la plateforme géante Amazon qui ne se prive pas d’imposer sa loi aux fabricants qui, pour 100 euros de vente, vont toucher des clopinettes.
Alors, il nous reste la solution de la débrouillardise et de la solidarité car si nous, consommateurs, adoptons les bons gestes et les bonnes pratiques, nous pourrions peut-être leur sauver la mise tout en offrant un jouet de qualité. Partez du principe logique élémentaire que c’est quand même mieux d’acheter chez celui qui fabrique. Et puisque votre envie de surfer sur Internet est incoercible, cliquez, cherchez, presque tous les fabricants français ont un site avec une boutique en ligne. Beaucoup sont également distribués sur des marketplaces françaises qui jouent le jeu du fabriqué en France. Nombreux sont ceux qui sont présents dans les magasins spécialisés, lesquels mettent en place des clic&collect efficaces. Reste un point commun à toutes ces entreprises, elles sont toutes en mesure de livrer bien avant Noël, et certaines vous offrent même les frais de port.
Il n’y a donc aucune raison de ne pas acheter directement auprès de ces marques ou de leurs distributeurs français. Des marques qui, pour la majorité, perpétuent des savoir-faire autour de jouets souvent éco-conçus. Elles ont également comme point commun, et quelle que soit la tranche d’âge visée, de proposer des jouets d’éveil qui favorisent l’épanouissement de nos chères têtes blondes. Acheter et privilégier les jouets français, ce n’est pas faire du protectionnisme, mais tout simplement avoir du bon sens si nous voulons sauver une filière qui avait entamé une phase de relocalisation avant cette crise.

Nous avons choisi de vous présenter nos coups de cœur parmi les fabricants de jouets français. Voici le premier chapitre consacré aux jouets pour les enfants de moins de 3 ans.

JUSTE INSEPARABLES : le doudou personnalisable
Question doudou, il y en a pour tous les goûts ! La marque Juste Inséparables tisse des doudous porteur de sens, dans tous les “sens” du terme. Explorateur “sens”oriel, le doudou associe 6 matières ultra douces 100 % naturelles variant textures et couleurs : coton lisse, velours côtelé ou duveteux, pilou pilou moelleux… Et puis, il est plat pour retrouver l’esprit du lange : facile à blottir contre maman pour conserver son odeur, mais aussi facile à sécher ! Pour autant, il est muni d’un visage taquin brodé en noir parce qu’un bébé voit d’abord les contrastes, et d’oreilles, d’étiquettes, de nouettes à triturer, mâchouiller, gratouiller… autant de gestes réconfortants. Enfin, le doudou Juste Inséparables est muni de supers pouvoirs ! Trois mots brodés sur une jolie étiquette qui donneront du “sens” à ce lien indéfectible entre le doudou et son propriétaire. Et dorénavant, avec l’option “Je personnalise”, vous pouvez faire broder le doudou au prénom de l’enfant ou même ajouter un mot doux !
Doudou Chat à fleurs marines, 32 € – Doudou lapin denim 1083, 39€.
www.justeinseparables.com

NIN-NIN : le doudou créé par un papa
A l’origine, un nin-nin était un bout de tissu ou un morceau de lange que les mamans donnaient à leurs enfants pour s’endormir. Au fil des années, il est devenu doudou bien que dans certaines régions le terme “nin-nin” soit toujours utilisé. Chez Nin-Nin, donc, on crée des doudous, véritables compromis entre tradition, originalité et modernité. Et pour une fois, on doit cette inventivité à un papa ! Du coup, la marque casse les codes des produits pour nouveau-né et ose même en faire un monde masculin… On évite les tissus roses, bleus et le liberty et on opte pour du fluo, des baleines ou des ananas. En tout plus de 50 modèles différents confectionnés au Creusot. Pour Noël, Nin-Nin dévoile une nouvelle collection de 5 doudous aux coloris festifs.
Collection de Noël : Le Manchot & Le Forêt Noir, 35 €.
www.nin-nin.fr

MAÏLOU TRADITION : l’ours français
L’histoire de Maïlou Tradition prouve qu’en France, on sait encore faire des peluches ! En 2011, suite à la fermeture de l’entreprise dans laquelle elles travaillent, quatre associées – toutes issues des métiers de la peluche (design, pique & couture) – décident de créer un atelier de fabrication de peluches uniquement françaises. Leur credo, continuer la tradition d’un savoir-faire unique qui nécessite un long apprentissage, proposer des produits de qualité, transmettre leur technique à la jeune génération et perpétuer ainsi un métier unique. En cinq ans, l’atelier se développe bien. Aujourd’hui, il a été racheté par le Groupe Doudou et Compagnie et, ensemble, ils lancent leur première réalisation : L’ours Français, une pièce unique cousue et façonnée à la main dans cette manufacture labellisée EPV et située en Bretagne.
L’Ours français existe en 8 coloris, de 35 à 65 cm, à partir de 49,90 €.
www.mailou-tradition.com

LES PETITES MARIES : 60 ans de peluches
Créée en 1963 par la famille Raynaud, Les Petites Maries connaît le succès grâce aux personnages de la série Bonne Nuit Les Petits, avec comme star principale Nounours ! Dès 1992, l’extraordinaire savoir-faire du fabricant lui permet de proposer des peluches spécifiques pour quelques grandes marques du luxe. Toujours fournisseur pour ces enseignes, Les Petites Maries présente encore des collections pour les particuliers fabriquées dans un atelier à Châteauroux, utilisant des machines historiques et modernes. On y retrouve des peluches un brin vintage, lapin, agneau, âne et, bien entendu, le fameux ours Toinou qui, il y a quelques années, s’est vu habiller d’une marinière et de pantoufles du Berry très made in France.
Ours Toinou, lapin Lapinou, agneau Trianon, peluches 35 cm, env. 75 €.
www.les-petites-marie.com

PAMPLEMOUSSE PELUCHES : le nouveau venu
Pamplemousse Peluches, c’est l’histoire d’une fratrie (Laurent, Sophie et Hélène) qui, depuis 5 ans, donne naissance à des peluches façonnées avec passion et savoir-faire. C’est dans leur atelier picard qu’ils prennent en charge toutes les étapes de la fabrication, de la conception à la réalisation. Les matières premières sont quant à elles sélectionnées avec précision auprès de fournisseurs avant tout en France et en Europe. Aujourd’hui, ce sont des peluches, doudous, poupées qui constituent la gamme de Pamplemousse, des animaux par dizaines, aux prénoms rares et reconnaissables par leur douceur. Pour Noël, la maison lance le trio des “Amis de la forêt” : le cerf Ferdinand, la chouette Ginette et la souris Pavlova. Ces peluches possèdent des yeux brodés, une fausse fourrure ignifugée.
Le cerf Ferdinand, 88 € – La chouette Ginette, 80 € – La souris Pavlova, 90 €Poupée Marguerite, 55 €.
www.pamplemoussepeluches.com

SOPHIE LA GIRAFE : la star mondiale
Nous sommes tous intimes avec Sophie la Girafe pour l’avoir mâchouillée nous-mêmes ou offerte à nos bébés comme premier jouet. Mais la connaissons-nous si bien que cela ? Et d’abord pourquoi son nom ? Tout simplement parce que sa mise en fabrication démarra un jeudi 25 mai 1961, jour de la sainte Sophie, CQFD. Quant à son apparence, on la doit à Monsieur Rampeau, spécialiste dans la transformation du latex de l’hévéa pour la fabrication de jouets grâce au concept du rotomoulage du caoutchouc, qui voulut se démarquer des sempiternels animaux de la ferme ou domestiques et eut donc l’idée… d’une girafe ! Le succès fut immédiat tant chez les parents que chez les jeunes enfants qui pouvaient l’attraper facilement, la câliner ou lui mordiller pattes, museau ou oreilles sans risque. Ce que nous ne saurons pas, c’est le secret de sa fabrication toujours conservé jalousement par la société Vulli située en Haute-Savoie. Quelques indices pourtant : le caoutchouc utilisé est 100 % naturel et provient uniquement de l’hévéa cultivé en Malaisie ; Vulli chauffe le latex grâce à un procédé particulier et une technique de rotomoulage ; il faut 14 opérations manuelles pour qu’enfin Sophie voie le jour. La peinture des taches est exécutée à la main et apte au contact alimentaire. Pour le reste, chut, ne brisons pas la magie et continuons d’offrir des petites Sophie, déjà 55 millions de par le monde.
Sophie la girafe, 14.50 €.
www.sophielagirafe.fr

VILAC : le fleuron du jouet en bois
Vilac est la marque française qui représente le mieux tout le savoir-faire et le renouveau du jouet en bois. Tourné, lissé, poncé, laqué, décoré dans son atelier du Jura par des artisans, le hêtre, charme, aulne ou buis des forêts françaises alentour garantit la spécialité et la qualité des jouets. Traditionnelle, certes, la société fait aussi appel à des illustrateurs, artistes et designers pour donner un coup de pep’s à ses jouets indémodables comme les empilables, boîtes à musique, hochets, petites voitures de sport et autres jouets à traîner, la spécialité de Vilac qui les fabrique entièrement dans le Jura. Labellisée EPV, Vilac présente cette année une collection en collaboration avec l’Élysée Présidence de la République : des créations tricolores et ludiques en bois massif.
Le coq à promener Elysée, 34,90 € – Empilable marin Ingela P. Arrhenius, 28,90 €.
www.vilac.com

JOYEUSE : la plus high-tech
En 2018, Joyeuse lance La Conteuse merveilleuse, une drôle de boîte, sans boutons ni écran, mais qui raconte des histoires ou chante des comptines… quand on la secoue 3 fois ! Un fonctionnement gestuel qui s’inspire des gestes élémentaires des enfants. Design, look vintage, importance et originalité des contes et comptines, côté évolutif, on a tout aimé de cette Conteuse. Aujourd’hui, Joyeuse lance sa petite sœur, Ma Première Conteuse, qui contient 2 heures de berceuses, mélodies de la nature, comptines et jeux chantés, mais qui est aussi ouverte à vos propres histoires grâce à ses fonctions Enregistrer ma voix + Import de CD & MP3. Certifiée 0-3 ans et manipulable par un bébé dès 1 an, La Conteuse est fabriquée en France, près de Nantes. 
Ma Première Conteuse, 79,90 €.
www.joyeuse.io

Partagez cet article :