L’Aquascaphe Dual Crown Baltic

Chez Baltic, on ne cache rien sur la provenance de certains composants de cette élégante montre de plongée dotée d’un boitier de type Compressor pour les amoureux des grands fonds.

L’Aquascaphe reprend la technologie du premier boitier Compressor avec les deux couronnes. Celle située à 2 h permet de faire tourner la lunette interne et n’est pas vissée de manière à pouvoir la manœuvrer même avec des gants de plongée. La seconde couronne est vissée et se trouve à 4 h. Elle permet le réglage de l’heure et le remontage lorsque la réserve de marche est épuisée. L’Aquascaphe Dual Crown de Baltic reprend donc ces caractéristiques essentielles pour une montre sportive de plongée.

Cette superbe plongeuse entièrement montée et réglée à Sancey dans le Doubs par MNP est constituée d’éléments provenant de nombreux pays et lorsque l’on demande à Étienne Malec, fondateur de Baltic, pourquoi ? Voici sa réponse : “Pour le moment, nous n’avons pas de projet de relocaliser les productions de composants à défaut d’avoir trouvé une entreprise satisfaisante en termes de qualité, et de coûts. Cela pour garantir de rester dans le marché actuel et de conserver nos prix”. Un dilemme que connaissent beaucoup d’entreprises horlogères françaises pour contenir leurs coûts de fabrication. L’Aquascaphe hérite donc d’un mouvement mécanique à remontage automatique Miyota 9039 avec une réserve de marche de 42 h et un système stop seconde. Ce moteur horloger bien connu des amateurs est contenu dans un boitier en acier inoxydable 316L usiné en Chine. Son diamètre est de 47 mm pour une épaisseur de presque 12 mm en comptant le verre saphir simple dôme antireflet.
Le cadran bleu ou noir possède une finition soleillée avec des index et chiffres en Super Luminova BGW9 qui garantit une excellente visibilité même dans l’obscurité. Les formes simples des index facilitent cette lecture instinctive d’autant que les aiguilles sont surdimensionnées et recouvertes également de Super Luminova. La lunette interne bidirectionnelle graduée en 60 mn est actionnée via la couronne située à 2 h.

Dotée d’une personnalité forte, L’Aquascaphe séduira les amateurs de montres sportives, simples et étanches à 200 m. Son architecture Compressor Dual Crown est magnifiée par le bracelet optionnel Seaqual réalisé avec des plastiques marins recyclés. Elle est livrée au prix de 780 € avec son bracelet Tropic en caoutchouc ou métal avec une maille grain de riz (+95 €). Malgré cette apparente simplicité, L’Aquascaphe possède quelques détails remarquables comme les aiguilles à chanfreins polis, le brossé circulaire des cornes ou la lunette fixe avec son brossé tourbillon.
Avec cette Aquascaphe, Baltic renoue avec la tradition de la montre instrument de travail capable de résister à toutes les conditions. Nous n’avons pas pu résister à poser une dernière question à Étienne Malec sur ce qu’il ferait si un mouvement made in France voyait le jour ? “Nous serions prêts à nous associer à une telle démarche, mais encore une fois si cela correspond à nos besoins. Nous cherchons des mouvements plus pour leurs caractéristiques techniques, leur fiabilité et leurs fonctions que par rapport à leur pays d’origine. Nous n’avons pas les moyens de développer tous les mouvements que nous utilisons dans nos différentes gammes. Aucune manufacture en France ne peut faire ça pour le moment, malheureusement. Et si un mouvement voit le jour, il ne couvrira pas tous nos besoins et nous serions contraints de nous fournir ailleurs pour les autres. Cela resterait donc marginal”, explique Étienne Malec.
Gageons que la France horlogère trouvera la ou les solutions. Des projets technologiques vont dans ce sens, des collaborations voient le jour et surtout l’envie de travailler ensemble caractérise la nouvelle génération qui espère ainsi redonner du tonus à toute une industrie.

www.baltic-watches.com

Partagez cet article :