Cocorico : le jeans made in France à moins de 60 €

Dès sa création, la marque Cocorico affichait son ambition : produire en France des basiques de la mode à prix réduits. Après les tee-shirts, les boxers et les chaussettes, c’est au tour du jeans de voir le jour en pré-ventes sur Ulule.

Imaginez, un jeans à moins de 60 euros pendant la campagne et à moins de 70 euros après ! C’est ce que nous propose Cocorico avec ce basique du vestiaire masculin. Ce jeans reprend une coupe semi slim avec taille haute qui ressemble à s’y méprendre à celle d’un 511, celui avec l’étiquette rouge sur la fesse droite… Prévu en deux finitions, brut et délavé, il convient à toutes les situations, qu’il soit porté avec des revers en bas de jambe ou d’une manière plus classique avec un ourlet avec fil de couleur. Cinq tailles sont proposées du 38 au 46, mais il est fort probable qu’un 48 sera bientôt au catalogue. Composé à 4 % avec de l’élasthanne, ce semi slim offre un grand confort à la taille et aux cuisses tout en conservant un esprit mode avec sa jambe légèrement resserrée. Gageons que si le modèle homme connaît le succès, il y aura forcement un modèle femme à venir…

Mais comment fabrique-t-on un jeans made in France à moins de 60 euros ? Le principe est simple, produire en flux tendu sans stock ni surproduction. Travailler à marges équilibrées pour tous les intervenants, que ce soit le tissage du denim chez Telatex dans les Vosges, la confection chez T.M. Confection à Bobigny ou encore le délavage et la stabilisation du tissu chez Couleur Stone dans la Sarthe. Personne n’est oublié, chacun doit faire son travail et en tirer un profit. Reste que cela doit être équilibré et surtout raisonnable. En travaillant sur une quantité connue, sans stockage superflu, les coûts sont parfaitement maîtrisés et la prise de risque minimale, surtout avec la distribution en pré-ventes et directe sur le e-store. Pour autant, le planning est serré avec un début de production dès la fin de la campagne début juillet. Cela commence par le tissage du denim en juillet-août, la confection et l’ennoblissement en septembre pour une livraison fin octobre.
Le schéma de Cocorico n’est pas nouveau lorsqu’on parle de business model, mais rapporté à la confection de basiques de l’habillement, il prend tout son sens, surtout lorsque le pari est de rendre le made in France abordable. “Un pari qui ne pourrait être réussi sans l’implication de nos partenaires avec qui nous partageons cette vision”, indiquent Arthur et Tom, les deux frères et fondateurs de Cocorico, qui concluent par ces mots : “Changer nos modes de consommation, c’est permettre à tous d’y prendre part ! Le made in France ne devrait pas coûter plus cher !”. Dont acte !

www.cocorico.store

Partagez cet article :